PRO A M - Thibaut Simon, retour sur une carrière exemplaire

Thibaut Simon, cadre incontestable du Cercle des Nageurs de Marseille, a tiré sa révérence. Après une carrière bien remplie de succès, il a décidé de prendre sa retraite de joueur mais après les Championnats du Monde où ils espèrent célébrer ses dernières sélections.

On est allé lui posé quelques questions, histoire de faire un bilan de toutes ces belles années.

 

  • Qu’est-ce qui t’a décidé à rempiler une saison de plus l’année dernière ?

La motivation c’était vraiment les championnats du monde. J’estimais être capable de faire une saison de plus et de savoir qu’au bout il y aurait les championnats du monde auxquels je n’ai jamais participé c’était suffisant pour me faire rempiler. J’espère juste être sélectionné maintenant.

Je ne voulais vraiment pas arrêter ma carrière en l’Equipe de France… Et la défense du titre avec Marseille c’était un très bon objectif intermédiaire pour rester concentré.

 

  • Quel bilan peux-tu faire de cette dernière année ?

Ce titre avec Marseille a été le plus dur à gagner de toute ma carrière. Ca a été dur psychologiquement et physiquement et en même c’était l’année la plus enrichissante de toutes. J’ai vu et vécu les choses différemment j’ai un peu vu tout se mettre en place et j’ai compris les choses d’une autre manière.

Sur le plan physique ça a été compliqué, notamment à cause de l’enchaînement avec la saison dernière où on a eu 4, 5 cycles de préparation physique intense et beaucoup d’échéances importantes. Psychologiquement ça l’a été aussi parce qu’il y a eu un gros renouvellement d’effectif au Cercle et je me suis retrouvé avec des jeunes de 15, 16 ou 17 ans. Du fait de leur âge on était beaucoup moins nombreux aux entraînements du matin donc les séances étaient d’autant plus intenses. Et comme les résultats ne suivaient pas… Quand on a connu que les 2, 3 premières places depuis 10 ans c’était difficile. Et puis c’était le pire résultat du Cercle depuis des années donc on avait une pression supplémentaire.

 

  • Quel bilan peux-tu faire de ta carrière ?

Je suis satisfait de ma carrière, j’ai réussi à aller au JO c’était mon objectif depuis toujours. Petit j’allais voir mon père jouer avec Taverny et j’ai commencé à m’entraîner sérieusement à 11 ans avec pour objectif d’aller Jeux Olympiques.

Terminer ma carrière avec les Jeux Olympiques et les championnats du monde c’est un rêve. J’ai toujours eu un petit espoir d’y arriver mais là c’est terminer de la meilleure des manières.

 

  • Est-ce que tu as des regrets/mauvais souvenirs ?

J’aurais voulu avoir une médaille en équipes nationale ou une médaille européenne en club.

Côté mauvais souvenir, les deux titres perdus avec Marseille qui ont été très durs à encaisser. Perdre en demi-finale c’est une chose mais en finale c’est très dur.

Et peut-être de ne pas avoir tenter une expérience à l’étranger. 

 

  • Si tu avais eu le choix tu serais parti où?

A Recco ! C’est LE club qui ne se refuse pas de toute façon. S’ils m’avaient fait une proposition, j’aurais même pu continuer un an !! Mais ce n’est pas le cas J

 

  • De quoi es-tu le plus fier ?

De mes filles !

Dans le Water-Polo, il y a plusieurs choses. Je suis très fier d’avoir fait une demi-finale de Coupe d’Europe et d’avoir fait partie de cette équipe qui a qualifié la France aux JO. Je suis fier aussi d’avoir été fidèle à l’Equipe de France sans avoir baissé les bras alors qu’on a eu des moments difficiles.

 

  • Quels sont tes projets pour la suite ?

A court terme c’est entraîner. Je devrais entraîner les 15 ans au CNM (on a un accord verbal pour l’instant) la saison prochaine.

Je voudrais transmettre tout ce que j’ai appris pour aider à renvoyer une Equipe de France aux Jeux Olympiques (si possible en dehors des JO 2024 à Paris parce que ça serait un peu facile). J’aimerais bien qu’on ne soit pas les derniers avant encore 24 ans à s’y qualifier !